Trucs & astuces

trucs et astuces pour le développement durablze

L’eau potable est essentielle et il est important de ne pas la gaspiller.

Voici donc quelques gestes pour économiser l’eau.

1. Quantifier raisonnablement le niveau de l’eau dans le lave-linge
Quand vous faites une machine, il est important de choisir la bonne quantité d’eau à ajouter à vos vêtements. Selon la quantité de vêtements, programmez votre lave-linge pour que la quantité d’eau requise soit équivalente à la proportion de vêtements qu’il y a dans la machine.

2. Faire tourner le lave-vaisselle seulement quand il est plein
Pour économiser l’eau, mieux vaut attendre qu’il soit rempli à pleine capacité avant de lancer le lave-vaisselle. Ainsi, vous limiterez l’utilisation trop fréquente de votre lave-vaisselle.

3. Opter pour prendre des douches plutôt que des bains
Prendre des bains est agréable, mais mieux vaut éviter d’en prendre trop souvent. Pour se laver tout en économisant l’eau, il est préférable de prendre de petites douches. Bien-sûr, il ne faut pas rester trop longtemps dans la douche. Une douche d’une durée de 5 à 8 minutes serait suffisante.

4. Mettre son eau en bouteille
Quand nous buvons l’eau du robinet, nous avons souvent tendance à la faire couler très longtemps afin qu’elle soit bien froide. L’eau sera effectivement froide après un certain temps, mais vous aurez gaspillé énormément d’eau pour rien. Acheter des bouteilles d’eau que l’on remplit ensuite pour les mettre au frigo s’avère être une meilleure option.

5. Limiter l’arrosage du gazon
On le dit régulièrement, l’été, il faut éviter d’arroser exagérément notre pelouse. Bien-sûr, s’il ne pleut pas, il faudra l’arroser. Prenez soin alors de limiter le temps d’arrosage afin de ne pas gaspiller inutilement de l’eau.

6. Laver et rincer sa voiture à l’aide d’un sceau
Quand vous lavez votre voiture, au lieu d’utiliser une trop grosse quantité d’eau avec le jet d'eau, optez plutôt pour remplir un ou deux sceaux d’eau. Avec un sceau, vous serez limité par l’unique quantité d’eau présente dans ce dernier.

7. Remplir le lavabo lorsque vous faites la vaisselle
Quand ils font la vaisselle, beaucoup de gens choisissent de la laver à la main en laissant couler l’eau durant toute la durée du lavage. Ceci est un autre moyen de gaspiller l’eau potable. Mieux vaut remplir le lavabo pour ainsi utiliser une quantité restreinte de l’eau.

8. Fermer le robinet lors du brossage des dents
Pour certains, c’est une question d’habitude. Se brosser les dents en laissant l’eau du robinet couler constitue un gaspillage de l’eau. Il faut à tout prix prendre l’habitude de fermer le robinet quand nous nous brossons les dents et prendre aussi le temps de responsabiliser les enfants sur l’importance de le faire eux aussi.

9. Opter pour des jeux d’eau sans tuyau d’arrosage
L’été, c’est amusant de jouer avec des jeux d’eau. Par contre, plusieurs devront être connectés à un tuyau d’arrosage ce qui gaspille également beaucoup d’eau pour rien. Mieux vaut donc choisir des jeux dans lesquels une petite quantité d’eau doit être utilisée.

10. Utiliser des produits sans rinçage
De plus en plus de produits nettoyants, par exemple, ne nécessiteront plus de rinçage. En utilisant ce genre de produits, vous économiserez donc encore un peu d’eau.

5 astuces pour diminuer sa consommation de plastique ?

Le plastique envahit notre vie quotidienne. En effet, c’est une matière peu coûteuse, légère et facilement transformable. Mais le plastique est-il si fantastique ? Pas vraiment, puisqu’il est néfaste pour l’environnement, pour votre santé et à long terme, pour votre porte-monnaie. Evidemment, il ne s’agit pas d’arrêter totalement toute consommation de plastique, mais il y existe quelques astuces faciles à mettre en place qui peuvent réduire visiblement votre consommation de plastique quotidienne.

Pourquoi diminuer le plastique ?

 Pour l’environnement
Beaucoup d’objets en plastique ont une durée de vie très limitée et pourtant très peu sont recyclés. 25 millions de tonnes de déchets plastiques sont collectés en Europe chaque année dont seulement 25% sont recyclés. Le plastique se dégrade très lentement et détruit la biodiversité, notamment dans les océans. De plus, la production de plastique consomme 8% de la production mondiale de pétrole, ressource non renouvelable à court terme.
 Pour votre santé
De nombreux soupçons pèsent sur le plastique en matière de santé. C’est une matière instable, qui, sous l’effet de la chaleur notamment, transfère des particules de plastiques (dans les aliments, l’eau etc.) nocives pour nous. Il serait également accusé de dégager des perturbateurs endocriniens. Il existe cependant différentes sortes de plastique, plus ou moins stables.
 Pour votre porte-monnaie
Certes, à court terme, le plastique parait beaucoup plus intéressant financièrement car il est moins cher que le bois par exemple. Cependant, les objets en plastique ont également tendance à s’abîmer plus vite et à devoir être remplacé plus souvent, quand il ne s’agit pas de produit à usage unique…
Acheter moins de plastique c’est donc également consommer de manière plus réfléchie et donc moins. Écologique et économique !
Et pourtant, le plastique est partout autour de nous. Voici quelques astuces pour diminuer votre exposition au plastique et rendre votre mode de vie et de consommation plus durable pour la planète.

1. Changer sa brosse à dent

Vous l’utilisez quotidiennement, vous la jetez régulièrement et elle est en plastique ! 3 raisons de passer à la brosse à dent en bambou, dont le manche est entièrement compostable et les poils recyclables. 4,9 milliards brosses à dents non biodégradables finissent dans les océans et les décharges chaque années. Les poissons vous remercieront !

2. Investir dans une bouteille d’eau réutilisable

Les bouteilles d’eau en plastique sont destinées à un usage unique et augmentent considérablement la quantité de déchets plastiques. Si vous décidez de la remplir avec de l’eau du robinet plusieurs fois pour diminuer la quantité de plastique consommée, c’est votre santé qui est cette fois mise en danger. De plus l’eau en bouteille coûte 100 à 300 fois plus cher que l’eau du robinet. Pour toutes ces raisons, il est intéressant d’investir dans une bouteille d’eau réutilisable à vie sans aucun risque pour votre santé et l’environnement.
Deux alternatives durables existent :
Les bouteilles en verre : le verre est un matériau totalement recyclable et qui n’altère pas le goût de l’eau. Cette alternative est idéale pour un usage à domicile car elle est plus lourde à transporter qu’une bouteille en plastique.
Les bouteilles en acier inoxydable : l’inox est le métal le plus sain pour contenir l’eau.

3. Stop aux produits jetables !

La plupart des produits à usages unique sont en plastique. Les produits jetables ont un impact carbone très important du fait de leur durée de vie très courte et de l’absence de recyclage. La plupart de ces objets possèdent des alternatives durables très simples :
La vaisselle jetable : à éviter au maximum, même à l’extérieur, pensez à prendre vos couverts plutôt que d’opter pour des couverts en plastique par exemple.
Les rasoirs jetables : souvent de moindre qualité, il vaut mieux opter pour un rasoir plus durable qui ne nécessite qu’un changement de lame. Pour éliminer le plus possible le plastique de votre environnement, il est possible d’opter pour un rasoir de sûreté en acier inoxydable

4. Diminuer les plastiques en contact avec l’alimentaire

Le plastique en contact direct avec l’alimentaire est le plus dangereux pour votre santé puisqu’il se transfère directement dans votre corps. Malheureusement, c’est aussi celui qui est le plus présent dans votre quotidien (pensez à tous les emballages alimentaires). Cependant quelques conseils pour les diminuer :

Échanger ses boîtes en plastique et sac de congélation pour des contenants en verre, tout aussi pratiques. Si vous conservez vos boîtes en plastique, évitez au maximum de réchauffer vos plats directement dedans car le plastique devient très instable sous l’effet de la chaleur et se transfère d’autant plus dans votre nourriture !
Pour les emballages alimentaires, le mieux est d’acheter en vrac pour les éviter totalement. Sinon, lorsque vous avez le choix, privilégiez les produits emballés dans du carton (recyclable) ou dans du verre (huiles, pâtes à tartiner, miels, sauces,…). Pensez également à limiter votre consommation de produits emballés individuellement (comme certains biscuits)

5. Chasse au plastique dans votre quotidien

De manière plus générale, pensez à réduire le plastique dans vos achats de consommation plus occasionnels : pour les vêtements, beaucoup contiennent des matières synthétiques dérivées du plastique comme le textile polaire par exemple. Vous pouvez privilégier les matières naturelles, qui sont d’ailleurs plus résistantes dans le temps.
Pour les objets de décoration ou de rangement, privilégiez le bois, le verre et l’acier inoxydable (entre autres), qui, en plus d’être plus sain et plus durable, sont souvent plus esthétiques que le plastique qui s’abîme beaucoup plus vite.

Enfin, pour les objets en plastique difficilement remplaçables, pensez au bio plastique, fabriqué à partir de végétaux et biodégradable.

 

Comment fabriquer son engrais naturel ?

Des engrais naturels faits maison :

Vos plantes d’intérieur, votre potager ou même votre pelouse auront besoin d’être fertilisés régulièrement pour en assurer leur croissance. Bien qu’il existe des engrais chimiques que l’on peut se procurer dans toutes les bonnes jardineries, il peut être préférable d’opter pour une alternative naturelle et de surcroit, faite maison!

Que ce soit par souci de l’environnement ou pour des raisons économiques, les engrais maison offrent plusieurs avantages. Nous vous présentons ici quelques recettes pour fabriquer son engrais naturel.

1. Engrais naturels faits à partir de déchets domestiques
Les engrais naturels les plus simples proviennent de vos déchets domestiques. Voici quelques-uns de ces déchets ménagers que vous avez fort probablement sous la main, et comment les utiliser en tant qu’engrais naturel pour vos plantes ou votre potager:

  •     Marc de café : Prenez l’habitude, chaque matin, de conserver le marc de café dans un pot. Cette poudre est une excellente source de phosphore et d’azote, deux ingrédients essentiels pour maintenir en santé vos plantes vertes d’intérieur et vos laitues au potager. Incorporez-en régulièrement à la terre de vos plantes. Par contre, évitez d’en appliquer en période de floraison, car l’azote favorise la croissance des feuilles au détriment des fleurs.
  •     Sachets de thé : Faites une seconde infusion avec vos sachets de thé usagés, que vous ajouterez par la suite à l’eau d’arrosage de vos plantes. Les résidus de thés contiennent de l’hydrate de carbone, un élément qui favorise une belle floraison.
  •     Coquilles d’œufs : Après les avoir cuisinés, lavez et séchez bien les coquilles d’œufs avant de les broyer. Vous pourrez par la suite en appliquer sur le terreau de vos plantes, leur fournissant ainsi le calcium, le magnésium et le potassium dont elles ont besoin.
  •     Pelures de bananes : Une autre excellente source de potassium. Il suffit de les tailler en petits morceaux et de les ajouter au terreau de vos plantes, ou d’en faire une infusion que vous ajouterez à l’eau d’arrosage.
  •     Cendre de bois : Si vous avez la chance d’avoir un foyer à la maison, conservez les cendres du bois que vous y aurez fait brûler. En effet, les cendres de bois font un excellent engrais naturel pour la pelouse et le potager. Vous n’avez qu’à en appliquer une couche mince sur le gazon ou la terre du potager, et la pluie ainsi que les arrosages se chargeront d’incorporer cet engrais naturel vers les racines.

2. Le purin d’ortie comme engrais pour le potager
Bien qu’elle soit considérée par plusieurs comme une plante indésirable, l’ortie peut être très utile au jardin pour y nourrir les plantes. Il suffit d’en faire une décoction, ou purin, en laissant la plante macérer pendants quelques jours dans un seau d’eau. Par la suite, diluez ce purin avec l’eau d’arrosage, et appliquez-le à la base de vos arbres fruitiers, au potager ou au jardin fleuri.

3. Faire son propre compost
Si vous avez un endroit au jardin pour construire un composteur maison, il s’agit de la meilleure façon de fabriquer son engrais naturel. Vous pourrez y incorporer vos déchets verts de jardinage et certains de vos déchets domestiques. Ensuite, vous laissez le tout se décomposer durant quelques mois, en remuant régulièrement à l’aide d’une fourche. Une fois bien dégradé, il ne vous restera qu’à en appliquer à la base de vos plantes, au potager, etc.

4. Les algues marines séchées
Lors de votre prochaine balade en bord de mer, profitez-en pour y cueillir des algues vertes. Déposez-les ensuite en tas au fond du jardin, pour éviter d’être embêté par l’odeur qu’elles dégagent, et laissez-les sécher durant quelques jours. Il ne vous restera qu’à les épandre au potager pour y nourrir vos plants de légumes ou de fruits.

5. La décoction de consoude
Selon le même principe que le purin d’ortie, faites une décoction de feuilles de consoude pour en faire un engrais naturel pour plantes. Vous pourrez par la suite la diluer avec l’eau d’arrosage pour nourrir et encourager la floraison de vos plantes ornementales.

6. D’autres engrais naturels à base de plantes
Plusieurs plantes ornementales ou potagères peuvent être nourries par leurs propres déchets. Par exemple, les gourmands des tomates peuvent être utilisés en décoction pour ensuite servir d’engrais naturel pour le potager, une fois dilué avec l’eau d’arrosage. Faites infuser 80 grammes dans 1 litre d’eau durant 4 ou 5 jours. Puis, filtrez et ajoutez cette décoction à 10 litres d’eau.
Si vous cultivez des géraniums en pot ou au jardin, sachez que vous pouvez aussi en utiliser les tiges pour fabriquer un engrais naturel. Lorsque vous taillez vos géraniums, prenez l’habitude d’en conserver les tiges que vous laisserez ensuite macérer quelques semaines dans de l’eau.

7. Les plumes d’oiseau comme engrais naturel
Si vous avez accès à un élevage de volaille ou d’un autre type d’oiseau, recueillez leurs plumes pour en faire un engrais naturel sous forme de jus. Il suffit d’utiliser environ 2 bonnes poignées de plumes que vous laisserez macérer quelques jours dans 8 litres d’eau. Assurez-vous d’y mettre un poids quelconque pour les garder immergées sous l’eau. Aucun besoin de diluer avant d’arroser votre potager avec ce jus de plumes.

8. Le sel d’Epsom comme engrais naturel
Excellente source de magnésium et de soufre, le sel d’Epsom (Sulfate de Magnésium) peut être utilisé comme engrais naturel pour les tomates et les roses. Ajoutez 1 cuillère à soupe de sel d’Epsom à 4 litres d’eau. Diluez bien, et arrosez vos plants de tomates et vos rosiers, ou tout autre plante dont le feuillage semble fade, avec ce liquide.

9. L’eau de cuisson de vos légumes
Saviez-vous que vous pouvez utiliser l’eau de cuisson de vos légumes pour en faire un engrais naturel pour vos plantes? Riche en nutriments dont vos plantes ont besoin, l’eau de cuisson des légumes peut être appliquée une fois refroidie, sans dilution, directement sur le terreau de vos plantes.

 

Quelques bonnes résolutions

  1. Manger moins de viande ou devenir végétarien. Privilégier les protéines végétales (fruits et légumes bio, de saison et du terroir).
  2.  Réduire, réutiliser, récupérer, recycler et surtout valoriser pour éviter tout gaspillage aberrant.
  3. Apprendre, comprendre et partager est la meilleure manière de rentabiliser notre bref passage sur cette Terre, pour limiter le gaspillage de ses richesses qui n'appartiennent à personne d'autres qu'aux futures générations.
  4. Acheter moins : Consommer c'est polluer deux fois : à la fabrication et à la destruction du produit. Avant d'acheter quoi que ce soit, il faut réfléchir pour savoir si on en a vraiment besoin. D'autres solutions existent : fabriquer soi-même, réparer, emprunter voire louer un objet peuvent éviter des consommations inutiles.
  5. Pratiquer la marche à pied, utiliser son vélo, ses rollers ou sa trottinette aussi souvent que possible.
  6. Composter c'est réduire le volume d'ordures ménagères (entre 20 et 30 %) incinérées ou mises en décharge, c'est enrichir son jardin sans frais... c'est faire d'un déchet une richesse !
  7. Remplacer les produits jetables par leurs équivalents durables: les produits d'hygiène régulière tels que : les appareils photos jetables, les rasoirs jetables, les mouchoirs en papier, les serviettes hygiéniques, les tampons peuvent être remplacés par des objets beaucoup moins polluants, plus efficaces et même moins coûteux (tant économiquement qu'écologiquement) sur le long terme. Les rasoirs de sécurité et coupe-choux peuvent se substituer aux rasoirs jetables, les mouchoirs en papier pourront aisément être remplacés par leur équivalent en lin.
  8. Utiliser un solide cabas pour ses achats plutôt que des sacs et emballages jetables.
  9. Utiliser une tondeuse manuelle plutôt qu'électrique ou pire, à moteur thermique, ces dernières apportant la nuisance sonore en plus de toutes les nuisances environnementales.
  10. Privilégier les transports en commun. Faire du covoiturage. Limiter les voyages à vide en utilisant un véhicule pour transporter quatre ou cinq individus au lieu d'utiliser autant de véhicules à cinq places que d'individus permettrait de diviser d'autant la pollution, les différents stress ainsi que les coûts liés aux déplacements par un facteur 10 en réduisant le nombre de véhicules tournant inutilement à la recherche d'une place de stationnement, renforçant les embouteillages et la pollution.
  11. Limiter les déplacements et ses dépenses en planifiant son emploi du temps, organisant le regroupement des tâches en tenant compte des heures d'affluence et d'embouteillage, afin d'éviter de faire plusieurs fois les mêmes trajets inutilement.
  12. N'utiliser, si nécessaire, que les automobiles à basse consommation de carburant, ou mieux un véhicule utilisant les énergies alternatives (électricité, VPH/HPV, pneumatique, solaire...). Et éviter de démarrer son véhicule inutilement, stopper le moteur lors d'un arrêt de plus de 30 secondes.
  13. Limiter la perte de chaleur dans la maison. Isolation externe des murs, doubles vitrages, rideaux, volets, tentures murales.
  14. Avoir des planchers écologiques, chauffant par le sol, à l'aide d'un simple tuyau d'arrosage noyé dans la dalle de plancher, dans lequel transite une eau à vingt degrés depuis un système de récupération de chaleur, enfoui dans le sous sol, permet non seulement de faire quasiment disparaitre ses factures de chauffage et climatisation, mais surtout suffit à garder un logement sains et confortable été comme hiver sans autre cout que celui de l'installation.
  15. Bien fermer le robinet. Ne pas prendre plus d'une douche par jour, de préférence avant le couchage pour être déjà propre et parfaitement reposé au lever, éviter les bains, gaspilleurs d'eau potable et d'énergie.
  16. Chauffer la maison avec de l'énergie renouvelable (solaire, éolienne, etc.). Chauffer au bois ou à la tourbe. Se couvrir davantage au lieu de surchauffer son logement (19° au maximum) ; ne pas chauffer les chambres à coucher.
  17. Faire sécher le linge au soleil sur une corde à linge, plutôt que dans un sèche-linge électrique favorisant les bactéries en plus de consommer une quantité hallucinante d'énergie.
  18. Utiliser le moins possible d'appareils électriques et privilégier ceux à faible consommation.
  19. Récolter des fruits et légumes sauvages: pissenlits, mâche, tous se trouvent près de chez nous. Sans compter les baies sauvages. Que dire d'un sirop de mûres ou d'une confiture de cynorhodons ou de sureau...
  20. Consommer local : forçons la diminution de la pollution par le transport de marchandises en consommant le plus possible de produits locaux. Inscrivons-nous par exemple à une ferme de type AMAP
  21. Favoriser les éclairages à basse consommation tel que les diodes électroluminescentes. N'utiliser que l'éclairage suffisant pour ne pas se cogner dans les meubles et autres objets. L'œil s'adapte parfaitement à la pénombre quand on lui en laisse le loisir, cela accroît entre autres l'acuité visuelle. Il n'est pas nécessaire d'éclairer la nuit pour y voir comme en plein jour.
  22. Acheter ou utiliser usagé : Acheter neuf est-il nécessairement tout le temps utile ? Bien souvent nous trouverons de nombreuses choses dans le domaine de l'usager. Leur prix sera réduit ; quant à la qualité, elle peut être très variable, mais bien souvent, des objets plus anciens seront plus durables que des objets équivalents et neufs. Mais surtout, utiliser des produits d'occasion, c'est réduire sa consommation et donc la production de biens et donc la pollution. C'est aussi éviter à un produit d'être pris à tort pour un déchet !
  23. Utiliser des produits de ménage non toxiques : de nombreux produits économiques et écologiques permettent un ménage efficace.
  24. Autoproduire : produire ses confitures, son vinaigre, etc.
  25. Devenez progressivement un consom'acteur : soyez attentif aux produits que vous achetez en essayant d'éviter ceux qui ont un impact négatif sur la planète.

Les produits d'entretien naturels

Nettoyer sa maison avec des produits naturels, c'est sain, facile et pas cher

Source : www.ecoconso.be

Les produits indispensables

1. Eau
On l’oublie souvent. L’eau est essentielle au nettoyage. Froide, tiède ou chaude, on l’utilise seule pour nettoyer les surfaces peu sales. On peut aussi laisser les crasses incrustées tremper dans l’eau. Elles se dissolvent en partie et on évite ainsi de devoir recourir à des produits plus forts. Ça fait des miracles sur les plaques de cuisson. On utilise aussi l’eau pour diluer les produits et pour rincer.

2. Microfibre
Avec la microfibre, on peut laver uniquement à l'eau : super écologique !
Les lavettes microfibres sont plus efficaces que des lavettes ordinaires grâce à leurs fines fibres de polyester et de polyamide. Elles nettoient jusque dans les petits pores des surfaces. Avec elles, on peut même utiliser moins de produit. Voire même juste de l’eau. Une belle économise de produits et de flacons. Une microfibre sèche est électrostatique, ce qui en fait aussi un bon attrape-poussière.Cet outil de base est super économique. On l’utilise sur toutes les surfaces (sauf recommandation du fabricant) et elle résiste à environ 300 lavages, tant qu’on évite l’eau de javel, l’adoucissant et le sèche-linge.On achète les lavettes microfibres en grande surface, en droguerie ou en magasin spécialisé. On en trouve à partir de 3 € pièce, mais les microfibres de bonne qualité sont généralement un peu plus chères.Les microfibres représentent une vraie économie par rapport aux alternatives jetables. Quand les lingettes de marque et discount coutent respectivement environ 64 € et 26 € par an, utiliser des microfibres permet d'économiser jusqu'à 38 € l'année.

3. Vinaigre
Le vinaigre désinfecte, désodorise, enlève le calcaire… Cet ingrédient multi-usage est un indispensable du nettoyage au naturel. Chaud ou froid, on l’utilise pour enlever le calcaire de la robinetterie, entretenir le fer à repasser, laver les vitres, désinfecter le frigo, adoucir le linge… On achète du vinaigre en grande surface, en magasin écologique ou en droguerie. Très bon marché, on trouve du vinaigre à partir de 0,30 € le litre.

4. Bicarbonate de soude
Le bicarbonate de soude est un abrasif léger. Il nettoie, désodorise, adoucit… On l’utilise pour enlever les odeurs du frigo, nettoyer le four, assainir les brosses à dents, enlever les moisissures de la salle de bain, entretenir les canalisations… On peut aussi le mélanger à un peu d’eau et de savon pour en faire une crème à récurer. On trouve facilement du bicarbonate de soude en grande surface (au rayon alimentation), en magasin écologique ou en droguerie. Son prix de base est de 2 € les 500 g.

5. Cristaux de soude
Cousins du bicarbonate de soude, les cristaux de soude sont mordants. Attention à porter des gants pour les utiliser. On les dissout dans de l’eau chaude et on s’en sert pour enlever les taches de fruits, de graisse, de sang… surtout sur les surfaces très sales (hotte, poubelle...). On les utilise aussi pour la lessive, nettoyer l’émail de la salle de bain, redonner de l’éclat à la verrerie…Le prix des cristaux de soude est inférieur à 1 € le kilo. On les achète en grande surface (au rayon produits ménagers), en droguerie ou en magasin écologique.

6. Savon noir ménager
On utilise le savon noir ménager pour dégraisser les sols et les surfaces, détacher le linge, nettoyer les vitres… Très concentré, il existe sous forme liquide ou pâteuse. Il est composé d’huile d’olive, d’huile de lin… On achète du savon noir de qualité plutôt en magasin écologique et en droguerie. Son prix varie de 5 à 15 € le litre.

7. Savon de Marseille
Le vrai savon de Marseille est un merveilleux produit lessive. On l’achète en bloc ou en copeaux. Sa couleur varie selon sa composition. On le choisit avec 72 % d’huiles végétales (olive, coprah, arachide…) et on évite l’huile de palme. Le vrai savon de Marseille ne contient ni parfum, ni colorant, ni additif chimique (conservateur…). On trouve du bon savon de Marseille en magasin écologique et dans certaines drogueries. Le prix démarre à environ 5 € le bloc de 500 g.

Les autres produits écologiques

1. Huiles essentielles
Les huiles essentielles, pour un petit coup de pouce naturel au nettoyage et une bonne odeur. Quelques gouttes pour parfumer, assainir ou désinfecter. Elles proviennent de la distillation de plantes : lavande, citron, arbre à thé… et sont très concentrées. Il faut donc toujours respecter les doses et les précautions d’usage. À éviter si on est enceinte, allaitante ou sensible. On les trouve en pharmacie, en magasin écologique et dans les herboristeries. Leur prix varie en fonction de l’huile essentielle. Les moins chères coutent 3 € pour 10 ml.

2. Jus de citron
Le citron est un antiseptique qui assainit, détartre et désodorise. Il peut souvent remplacer le vinaigre. On l’utilise pour parfumer, pour capturer les odeurs et rafraichir l’air du frigo (on place ½ citron sur une étagère), pour enlever les traces de calcaire… On évite le marbre et la pierre bleue, qui n’apprécient pas les acides.

3. Sel
Le sel de cuisine a des propriétés abrasives. On l’utilise souvent en pâte à récurer, sauf sur les surfaces fragiles (vitrocéramique notamment). On mélange du sel avec du vinaigre pour enlever les taches de thé dans les tasses. Une poignée de sel dans une bassine d’eau permet de conserver les couleurs d’un jean. On achète du sel à partir de 0,20 € le kilo, dans toutes les grandes surfaces et les magasins écologiques.

4. Percarbonate de soude
C’est de l’eau oxygénée sous forme de poudre ou de granules. On l’utilise pour blanchir le linge (1 à 2 càs dans le tambour), pour dégraisser les joints (un peu de poudre et d’eau)… Le percarbonate est puissant. On se protège avec des gants et on suit bien les précautions d’usage indiquées sur l’emballage. On trouve du percarbonate de soude à partir de 5 € le kilo en droguerie et magasin écologique.

5. Huile de lin
Elle sert à entretenir le bois et les terres cuites. Attention, les linges imbibés d'huile de lin peuvent devenir auto-inflammables. On les laisse sécher à l'extérieur. On trouve de l’huile de lin à partir de 5 € le litre, en magasin écologique, en magasin de bricolage ou en droguerie.

6. Autres

  •     Terre de Sommières pour enlever les taches grasses (huile, maquillage…) sur les tissus, les sols…
  •     Blanc de Meudon (ou blanc d’Espagne) pour récurer en douceur (notamment la vitrocéramique) et polir l’argenterie.
  •     Marc de café pour désodoriser le frigo ou la poubelle.
  •     Cendres de bois pour nettoyer la vitre du poêle.
  •     Acide citrique pour enlever les dépôts de rouille (3 càs dans un litre d’eau). Concentré, on l’utilise avec précaution et pas sur le marbre, les pierres bleues, l’émail, l’aluminium…
  •     Cire d’abeille et cires végétales pour entretenir les meubles en bois et les planchers.

4 recettes simples pour nettoyer presque tout

1. Le nettoyant multi-usage

Microfibre et nettoyant multi-usage maison : la combinaison parfaite pour un entretien naturel
On utilise le nettoyant multi-usage pour nettoyer les sols et la majorité des surfaces de la maison.
Il coute entre 0,15 et 0,50 € le litre et se prépare en moins de 5 minutes !
Voir notre recette maison de nettoyant multi-usage et la vidéo pour bien la réaliser.

2. Le produit vaisselle
On adopte le produit vaisselle maison pour laver à la main et faire briller assiettes, plats, couverts, verres… En version DIY ("Do It Yourself"), il coûte entre 0,6 et 3 € le litre et on le réalise en 3 minutes.
[+] Voir la recette de liquide vaisselle.

3. Le produit WC
Pour désinfecter et nettoyer les sanitaires, on fabrique son propre produit WC. Il sert aussi pour les vitres et les miroirs. Coût : 0,5 € le litre. Temps de préparation : 3 minutes chrono.
[+] Voir la recette de produit WC

4. La lessive liquide
On peut fabriquer sa lessive liquide avec du savon de Marseille, des cristaux de soude et de l’eau. Très économique, un litre revient à moins d’1€.
[+] Voir la recette de lessive liquide et la vidéo pour bien la réaliser.

Bien sûr, on peut aussi nettoyer avec des produits d’entretien écologiques du commerce. On les choisit alors avec un label et sans pictogramme de danger.

Quelques réflexes à adopter

Pour nettoyer de façon écologique, on adopte quelques bonnes habitudes :

    Aérer. C’est indispensable pour entretenir son lieu de vie. On ouvre les fenêtres deux fois par jour, pendant 10 à 15 minutes, même en hiver. Ça renouvelle l’air, évacue une bonne partie des polluants intérieurs, régule le taux d’humidité, empêche les moisissures de se développer et éloigne les mauvaises odeurs.
    Nettoyer régulièrement. Un petite nettoyage léger et rapide permet d’éliminer la crasse avant qu’elle s’incruste. On évite ainsi le recours à des produits plus forts… et souvent plus polluants.
    Être attentif aux précautions d’usage. Même naturels, on utilise certains produits avec prudence, comme les cristaux de soude, les huiles essentielles…
    Être patient quand cela s’impose. Les produits naturels sont moins agressifs que leurs équivalents classiques. Certains demandent un peu de temps pour agir sur la saleté tenace et offrir un résultat optimal.
    Faire un essai sur un coin caché du support à nettoyer. Certaines matières sensibles peuvent se dégrader si on utilise un produit mal adapté.
    Se passer des parfums forts… ou se contenter de parfums naturels (citron, huiles essentielles…). Les produits naturels ne laissent pas de parfum fraises des bois ou coquelicots synthétiques derrière eux. Plus saine, l’absence de ces substances demande parfois un petit temps d’adaptation. La propreté n’a pas d’odeur.
    Conserver les produits dans de bonnes conditions. On les stocke dans un emballage fermé, étiqueté, à l’abri de la chaleur, de l’humidité et hors de portée des enfants.